Ils ont connu pendant six mois, mais n'ont jamais vus. Ils ont fait connaissance sur un site Internet dédié au métro. Ils ont utilisé leur passion pour établir avec une certaine précision les contributions de Fulgence Bienvenüe, de Edmond Huet et Jean-Baptiste Berlier à la conception du réseau Parisien. Peu à peu, leurs conversations électroniques est devenue plus personnelles, intimes et même. La médiation de l’écran et du clavier leur a permis de s’affranchir de leur timidité pour se parler, à, se provoquer mutuellement, s’inclure dans leurs univers fantasmés. en ligne

Alors, de semaine en semaine, ils ont peaufiné leur future rencontre. Le cadre s’est imposé de lui-même: la station puisqu'il est le seul à porter le nom d’un des« pères fondateurs» Quelques heures d’errance de rame en rame seront pour eux une longue romantique en gondole sur les canaux de venise. Pour conjurer la peur de rester silencieux et figés par l’embarras qui paralyse si facilement, ils ont jeté les défis qu’ils se sont promis de relever.

Sébastien a été inspiré par un de 1901 photographie de s'habiller comme ingénieurs des années 1900. Un ami régisseur dans un théâtre manager a déniché une chemise blanche avec un col relevé et la cravate noire assortie, ainsi qu’un costume rayé d’époque. Lui que je aime tant inaperçu, qui ferait tout pour quiconque le regard sur lui, quel sort lui a jeté de Céline pour qu’il se prête au jeu! Il est arrivé à l'avance. Au milieu de l'inconnu qui l’observent au travers les fenêtres avec un regard amusé, elle ne pourra pas le rater!

Céline assise sur straspontin. Elle porte une robe qui recouvre ses genoux de sa mère et un long manteau. Mais elle n’arrive pas à calmer les battements de son cœur. Sébastien lui fait faire des folies! Comment a-t-elle pu accepter de porter de la lingerie coquine? Comment elle a trouvé le courage de l'acheter sur le web à cette occasion? Elle, la fille si sage et si effacée? C'était agréable de penser en disant que personne ne peut le savoir, elle se sent exposé, exposé avec sa guêpière et ses bas pour seuls dessous. Mais elle ne peut pas s'empêcher de constater que ses tétons durcissent malgré elle et qu’une douce chaleur envahit son bas-ventre.

Denfert-Rochereau, Raspail, Vavin… C’est le moment de se lever. En une minute, Montparnasse-Bienvenüe, le milieu il sera là. Elle a peur. Mais elle sait que si elle se défile, elle va le regretter amèrement. Elle réagit trop tard, la porte est bloquée par des voyageurs visiblement pressés de prendre leur train. Elle je ne peux pas à voir le dock. elle laisse comme somnanbule, reste immobile le temps que la foule s’engouffre dans les couloirs et tourne la tête jusqu’à regarder pour trouver Sebastian. Son visage est si expressif. Tous ses doutes ont disparu. Elle aimerait l’embrasser, le lécher, le sucer comme bonne crème glacée à la vanille.

Sébastien la cherche des yeux. Il n’a vu aucune photo d’elle. Il l'a fait dans ses rêves imaginer qu'il allait la reconnaître au premier coup d'œil. Non, il ne peut pas être cette jeune femme blonde trop apprêtée, ni la brune trop sévère, ni trop sûre d'elle. Le quai se vide. Elle doit être dans la rame suivante. Soudain il voit une, belle comme wikipedia un ange, comme une princesse des contes de son enfance. Là, elle est. Il n'y a pas de métro, plus de quai, plus de foule. Il n’y a qu’elle. Ils ont trouvé eux-mêmes. Deux âmes soeurs aimantées l’une à l’autre. Ils sont adaptés comme des machines. Seuls leurs yeux le comte. Ils explorent tout leur être, y a la découverte de l'indicible.